P-nintendo.com (France)
Robert Carlyle: Interview with a vampire
June 4, 2014   |   Written by Waluigi   |   Original Source

Waluigi Castlevania Tickets (saga)

The MIPTV show that took place these days was an opportunity for Waluigi to meet an actor whose castlevania fan knows the voice ?: Robert Carlyle, the voice of Dracula. An exclusive interview.

Hello dear readers. This week we propose a ticket to you, since it highlights (violet) a singular character. Why such an aphorism? Because it is the very charismatic, magnetic rather, Robert Carlyle. If this actor of movies and especially of hit TV series interests us particularly, it is because he literally incarnates via his voice the hero of the trilogy of Castlevania Lords of Shadow. Gabriel Belmont, alias Dracula, is haunted by the actor’s soul. There, right away, it should talk to you!

Hello dear readers. This week we propose a ticket to you, since it highlights (violet) a singular character. Why such an aphorism? Because it is the very charismatic, magnetic rather, Robert Carlyle. If this actor of movies and especially of hit TV series interests us particularly, it is because he literally incarnates via his voice the hero of the trilogy of Castlevania Lords of Shadow. Gabriel Belmont, alias Dracula, is haunted by the actor’s soul. There, right away, it should talk to you!

Robert Carlyle, a punctilious actor, embodies the mysterious Mr Gold in Once Upon a Time. It is the clear facet of the dark.

We would especially like to thank the press officer and the MIPTV team, without whom this meeting would not have been possible.

Robert Carlyle: The Lord of the Shadows Trust

Simply dressed in a leather jacket and a red shirt, aquiline nose and brilliant eyes, Robert Carlyle is in real life a dark one. No wonder that the actor of fifty years embodies this eponymous character in the series Once. As well as the most famous of the vampires. Younger, it has not always been so. The actor was known in particular with the movie Full Monty, where he played an unemployed man who goes into the men’s striptease to get out of the impasse!

Born on April 14, 1961 in Glasgow, Scotland, Robert Carlyle is an actor with an impressive career: he is known for playing very different roles in films such as Trainspotting, The Full Monty, Le Monde ne Suffit Pas, Les Cendres Angela, The 51st State, and 28 Weeks Later … In addition to his work at the movies, he was also seen on television series such as Hamish Macbeth, The Last Enemy, Stargate Universe and recently in Once Upon a Time (which Waluigi really recommends). In broad outline, Robert was born in the poor neighborhood of Maryhill in Glasgow. He is the son of Elizabeth, bus company employee, and Joseph Carlyle, decorator painter in the building. At the age of four, his mother left him with his father. He was raised alone by the latter. Together, they lived a bohemian life, deriving from squat in squat. He left school at 16 with no diploma or qualification. He went to work and worked on his father’s work as a painter and decorator. Interested in culture, he continues to participate in evening classes. A passion for the theater will soon emerge. Captivated by reading the play of Arthur Miller, The Witches of Salem (of the supernatural hehe) that he receives as a gift to 19 years, Carlyle begins to take interest in the theater. He joined a small associative troupe in Glasgow. The fate and talent of this gifted actor, able to embody any character with insolent ease with emotions, will bring him to the expected success. Multicard? “, It is a long time. Carlyle, now famous in his trade, is oriented towards what he loves the most: the Fantastic. It falls well, that’s what suits him best.

From the shadow to the light

So much for the little presentation. Time passes so fast, there are only a quarter of an hour left the presentations to launch us in the interview. The actor said “delighted” to address the readership of Power Nintendo. The last time we were at MIPTV, we were lucky enough to go to the Terminator in person. Finally, “we stay in the register”! This speech makes Dracula smile. Or Rumpelstiltskin, for those watching the series. Without further ado, here are the questions! Without wooden tongue as usual. And even if we are threatened by magic. Which always has a price. As you can imagine, the interview will not happen as usual. Welcome to the fourth dimension. !

PN: Robert Carlyle hello. It is a pleasure for us to meet you. We had the opportunity at PN to interview the Castlevania LOS team a few months ago. If you do not mind, go to the unfortunate question right away. We will leave the best for the future: are you also disappointed by the bad reviews of the game? Do you feel concerned, given the court you gave Blood to Dracula.

Robert Carlyle: Good morning, everyone. I think I understood the underlying meaning of your question (he said with his lip-smirk). Yes, I’m a fan of Castlevania. At least I became, by dint of working for the license. I did not know what
Was precisely before that. I appreciate video games of course. When they distil a singular atmosphere, it is even better. The technologies of our time allow this artistic evolution. I play a little, when I have time to relax, in some ways. Simple games, the Mario, Zelda. Now I’ve gone to Castlevania. The difficulty is tough. Those who love the challenges will be served with the game. It is quite long and the 2 sets are all original compared to the 1.

Robert Carlyle, the voice of Dracula Red thread of our meeting, the actor gave the voice to Dracula in the last Castlevania released on 3DS.

PN: You are like the politicians, you answered totally beside the question. Or at least to a question that came later! Is it a voluntary effect?

Robert Carlyle: If I were a politician, I would have told you that the game is satisfactory and that it collects very correct notes on many sites. In this respect, the script on Alucard is very well noted!

PN: You’re doing VRP too, in addition to being a politician (I tell him of course with a light tone, so that everything stays good, which is the case).

RC: You know in the job of actor today, you have to know how to do everything. To know about acting, realization, economy, media. The epoch calls upon us all to have several caps. Otherwise we can not move in the right direction. That’s how it works. We are in the convergence of the media, especially with the success of the Internet. Besides, it is evident that on this trilogy I did not merely double the hero. I reaped because the universe appealed to me. The character of Dracula obviously speaks to me.

Robert Carlyle, multi-faceted actor

PN: In this regard, how did the dubbing sessions take place?

RC: I’m going to give you a little unpublished confidence: in fact, I think I have discovered some aptitude of imitator. It amused me a lot, because I noticed things about me that I did not suspect. I had never dubbed a character with a serious voice like that. My voice, I thought it rather high. Like what. Otherwise to come back to your question, I learned about myself with this work of doubling. This led me to introspection. It’s not like playing a character before spectators. Here one is alone in front of oneself. One does not incarnate, one is. I do not know how to explain my feelings in simple words. By dint of falling into the turpitudes of Dracula, talk about him. It seems that we are finishing talking about ourselves. I was not happy at the end of the sound sessions. We do not get the grateful applause from the public. There we go home, we spit out his piece. It remains a very honorable and pleasant work, attention. But it’s disconcerting dubbing. We work without a psychological net. There is no kind of Faraday’s cage acting as a mental protection, that represents the scene … Unless it is me who is special. Or Dracula. Or both !

“To speak of a superman is to evoke our intimate part”

PN: How to bounce back after such a response. We are going to say, then, that you are much in symbolism or superstition. Do you believe in the supernatural?

RC: We are all supernatural beings! How do you explain that dust can cause life? Philosophy comes from the earth. We have in ourselves the same molecules as the soil that nourishes my green plants. How can we not believe in the supernatural ?? It is the very basis of existence and an example of humility. The more we put forward the fantastic artistic works, the more we talk about ourselves. Dracula, perhaps irrational par excellence, is perhaps a thousand times closer to us because of his feelings of fears and hopes than might be suggested by an entire book on psychoanalysis. To speak of a superman is, in short, to evoke the most intimate part of ourselves.

PN: You take the time to rest sometimes, between all these existential questions ??

RB: Who tells you that I do not play an acting game there? Maybe I’m totally down to earth (translation from a similar English phrase). Though it would be the same as I told you! I do not take my head, you know. I live by trying to give the best of myself in my job. I can do nothing but play a character. It is both joyful and sad. This character is Robert Carlyle. It can not escape itself, even by playing the comedy where one only adds a filter, an overlay. You see, eventually one can be all actors with work. And above all I return to what I have said above, the theater is never so long as that. And the people who make it have a vital need to talk about their true self.?!

“A mortal can not find the right tone to play an immortal.”

PN: It’s definitely very difficult to get to the other questions with you. All these issues could be developed. To go back to Dracula, it seems that this character has really marked you. Unless you have had something more personal to express.

RC: I felt a very special feeling, ambivalent to be precise, when I did this job. I had to embody an immortal, which I transpire immortal. Whereas I am anxious as the majority of mortals by death. In fact, I do not know if the tone was really right. In my opinion, dubbing has lacked precision. A mortal can not express himself as an immortal. To go further, I think the iteration of Dracula created by the LOS Mercury team is not so accurate either. But hey, we stay in the entertainment. I’m not even sure that the goal is to do so much thinking. Maybe it’s no worse.

PN: You feel a bit of frustration when you say that.

RC: I like to get to the bottom of things. This is how I allowed myself to add sentences in the text I was given for dubbing. That’s my job as an actor. Dracula had to be as credible as possible, so that the illusion of illusion would take hold. Double illusion, since, as I told you, you should not be deceived when you are not the character you incarnate (smile). Thus I consider that the embodiment of one’s own role in a film or series is the pinnacle of our art. One can see this mise en abyme in the film Last Action Hero in particular, where Arnold Schwarzenegger plays himself. This is probably the best interpretation of my career.

PN: Who likes chastising well?

RC: You got it all!

Robert Carlyle and Cora: a Sacred Couple in Once Upon a Time
A scene now cult of Once upon a Time, where the dark and Cora fall in love. The Darkover is very close to Dracula … but only in appearance!

PN: You play the role of Darkover in the hit series Once Upon a Time, which brings together all the storytellers in a modern and innovative epic. After a sharp viewing, it appears that your protagonist looks to be mistaken for Dracula. On the one hand, it has magical power overpowering. And then there are some shots of camera that are maddening resemblance to scenes of Castlevania. I take for example the low-angle in the cell where the Tenebrous is addressed to Belle. The pale tone, the melancholy look, the blood-red jacket. This is Gabriel Belmont’s character! Or it is a very big, too big eye.

RC: Good question. If I sometimes answer your questions ahead of time, do you reply to mine before I even wait for my answer ?! (Laughter more pressed). There is indeed a little wink indeed. Thank you for watching carefully. It must be said that the theme of Once is very close to LOS2 in particular, due to the incursion into the real modern world of supernatural beings. The Dark One, and it’s a coincidence, shares many elements with the vampire Lord. A heavy past, a constant melancholy, immortality and almost limitless powers that flatter the ego as much as they can dangerously lead to madness. I dreamed of embodying a supernatural tale character in a series. It was done, but I did not think that the two beings would be so close. In this sense, it is pure coincidence. However, I do not mix vampire blood with that of the dark magician. They are not twins and the work requested in the series has no link in the background with Castlevania. The Darkover is more clever, player, funny too. He hides his pain in a different way than Dracula, more inked in the torpor and stones of his castle. He is more casanier while the dark is adventurous. The Darkover is more invented to entertain the spectators than to distress as Gabriel Belmont. So I do not play it the same way. So, my voice is more acute in Once Upon a Time. Thing I have not done a single time in three games in Castlevania!

Magic always has a price!

PN: Time passes quickly and we arrive at the end of the interview. What can you wish for today? To return to the theater more intimate as in your beginnings. Or more ambitious cinema?

RC: I work at the hustlers you know. The most important thing is the spark that comes in when you read a scenario you like. The series allow to develop an acting on the length, it is very interesting. I’m thinking of moving to a new series one day, perhaps with a different theme. I’m writing a play too. The profession of actor is a profession that is very strong but it is also difficult. Recognition is gained over the years. There is no magic this time about this. It’s like everything anyway. Though ultimately.

PN: Thank you very much Mr Robert Carlyle for this singular exchange with you. We wish you a safe journey!

RC: Thank you for being interested in my work. I wish you a good continuation and my sincere greetings to the readers of Power Nintendo. See you soon !

A big thanks to Sandy, Audrey of MIPTV, Michael the translator, Xav. And of course Robert Carlyle for his kindness and availability. Nothing would have been possible without both.

________________________________________________________

Robert Carlyle entretien avec un vampire

Billet de Waluigi Castlevania (saga)

Le salon du MIPTV qui se déroulait ces jours-ci a été l’occasion pour Waluigi de rencontrer un acteur dont tout fan de Castlevania connaît la voix?: Robert Carlyle, la voix de Dracula. Une interview exclusive.
Bonjour chers lecteurs et lectrices. Cette semaine nous vous proposons un billet un particulier, puisqu’il met en lumière (violette) un personnage singulier. Pourquoi un tel aphorisme ? Parce qu’il s’agit du très charismatique, magnétique plutôt, Robert Carlyle. Si cet acteur de films et surtout de séries télé à succès nous intéresse particulièrement, c’est parce qu’il incarne littéralement via sa voix le héros de la trilogie de Castlevania Lords of Shadow. Gabriel Belmont, alias Dracula, est hanté par l’âme du comédien. Là, tout de suite, ça devrait bien vous parler !

Bonjour chers lecteurs et lectrices. Cette semaine nous vous proposons un billet un particulier, puisqu’il met en lumière (violette) un personnage singulier. Pourquoi un tel aphorisme ? Parce qu’il s’agit du très charismatique, magnétique plutôt, Robert Carlyle. Si cet acteur de films et surtout de séries télé à succès nous intéresse particulièrement, c’est parce qu’il incarne littéralement via sa voix le héros de la trilogie de Castlevania Lords of Shadow. Gabriel Belmont, alias Dracula, est hanté par l’âme du comédien. Là, tout de suite, ça devrait bien vous parler !

Robert Carlyle, acteur pointilleux, incarne le mystérieux Mr Gold dans Once Upon a time. C’est la facette claire du ténébreux.

Nous tenons à remercier avant cela tout spécialement l’attachée de presse et l’équipe du MIPTV, sans qui cette rencontre n’aurait pas été possible.

Robert Carlyle : Le Seigneur de l’ombre se confie

Vêtu sobrement d’une veste en cuir et d’une chemise rouge, le nez aquilin et les yeux brillants, Robert Carlyle est bien dans la vie réelle un ténébreux. Pas étonnant que l’acteur d’une cinquantaine d’années incarne ce personnage éponyme dans la série Once. ainsi que le plus célèbre des vampires. Pourtant plus jeune, il n’en a pas toujours été ainsi. L’acteur s’est notamment fait connaitre avec le film Full Monty, où il incarnait un homme au chômage qui se lance dans le striptease masculin pour se sortir de l’impasse !

Né le 14 avril 1961 à Glasgow en Ecosse, Robert Carlyle est un acteur à la carrière impressionnante : il est ainsi connu pour avoir interprété des rôles très différents, dans des films comme Trainspotting, The Full Monty, Le Monde ne Suffit Pas, Les Cendres d’Angela, Le 51e État, et 28 Semaines Plus Tard… Outre son travail au cinéma, on l’a également vu participer à des séries télévisées comme Hamish Macbeth (en), The Last Enemy, Stargate Universe et dernièrement dans Once Upon a Time (que Waluigi vous conseille vraiment). Dans les grandes lignes, Robert est né dans le quartier pauvre de Maryhill à Glasgow. Il est le fils d’Elizabeth, employée de compagnie de bus, et de Joseph Carlyle, peintre décorateur dans le bâtiment. Alors âgé de 4 ans, sa mère l’abandonne avec son père. Il a été élevé seul par ce dernier. Ensemble, ils vécurent une vie de bohème, dérivant de squat en squat. Il quitte l’école à 16 ans sans aucun diplôme ni qualification. Il enchaine les petits boulots et travaille sur les chantiers de son père comme peintre et décorateur. Intéressé par la culture, il continue participe à des cours du soir. a passion pour le théâtre ne va pas tarder à émerger. Captivé par la lecture de la pièce d’Arthur Miller, Les Sorcières de Salem (du surnaturel héhé) qu’il reçoit en cadeau à 19 ans, Carlyle commence à s’intéresser au théâtre. Il intègre une petite troupe associative à Glasgow. Le destin et le talent de cet acteur surdoué, capable d’incarner n’importe quel personnage avec une facilité insolente avec émotions, le portera vers le succès attendu. tre «?multicarte?», c’est bien un temps. Mais chassez le naturel, il revient au galop : Carlyle désormais célèbre dans son métier s’oriente vers ce qu’il aime le plus : le Fantastique. Ça tombe bien, c’est ce qui lui sied le mieux.

De l’ombre à la lumière

Voilà pour la petite présentation. Le temps passe si vite, il ne reste plus qu’un petit quart d’heure passées les présentations pour nous lancer dans l’interview. L’acteur se dit «?ravi?» de s’adresser au lectorat de Puissance Nintendo. La dernière fois que nous étions au MIPTV, nous avons la chance de nous adresser au Terminator en personne. Finalement, «?on reste dans le registre?» ! Cette allocution fait sourire Dracula. Ou Rumpelstiltskin, pour ceux qui regardent la série. Sans plus attendre, voici les questions ! Sans langue de bois comme d’habitude. Et ce même si nous sommes menacé par la magie. qui a toujours un prix. Comme vous vous en doutez, l’interview ne va pas se passer comme habituellement. Bienvenue dans la quatrième dimension. !

PN : Robert Carlyle bonjour. C’est un plaisir pour nous de vous rencontrer. Nous avons eu l’opportunité à PN d’interviewer il y a quelques mois la team de Castlevania LOS. Si vous n’y voyez pas d’inconvénient, autant passer à la question fâcheuse tout de suite. On laissera le meilleur pour la suite : êtes-vous aussi déçu par les mauvaises critiques du jeu ? Vous sentez-vous concerné, vu le cour que vous avez mis à donner du sang à Dracula.

Robert Carlyle : Bonjour à tous et à toutes. Je pense avoir compris le sens sous-jacent de votre question (dit-il avec son sourire de coin de lèvres). Oui, je suis un fan de Castlevania. Du moins je le suis devenu, à force de travailler pour la licence. Je ne savais pas de quoi il
s’agissait précisément avant cela. J’apprécie bien sûr les jeux vidéo. Quand ils distillent une ambiance singulière, c’est encore mieux. Les technologies de notre époque permettent cette évolution artistique. Je joue un peu, quand j’ai du temps pour me détendre, à certains titres. Des jeux plutôt simples, les Mario, Zelda. Maintenant je suis passé à Castlevania. La difficulté est corsée. Ceux qui aiment les défis seront servis avec le jeu. Il est assez long et les décors du 2 sont tous originaux par rapport au 1.

Robert Carlyle, la voix de Dracula Fil rouge de notre rencontre, l’acteur a donné la voix à Dracula dans le dernier Castlevania sorti sur 3DS.

PN : Vous faites comme les politiques, vous avez répondu totalement à côté de la question. Ou du moins à une question qui venait par la suite ! Est-ce un effet volontaire ?

Robert Carlyle : Si j’étais politicien, je vous aurais dit en plus que le jeu est satisfaisant et qu’il récolte des notes très correctes sur de nombreux sites. A ce propos, le scénario sur Alucard est très bien noté !

PN : Vous faites VRP aussi, en plus de politicien (lui-dis-je bien sûr avec un ton léger, pour que tout reste bon enfant. Ce qui est le cas).

RC : Vous savez dans le métier de comédien aujourd’hui, il faut savoir tout faire. S’y connaitre en acting, réalisation, économie, média. L’époque nous demande à tous d’avoir plusieurs casquettes. Sinon on ne peut pas évoluer dans le bon sens. C’est comme ça que ça marche. On est dans la convergence des médias, surtout avec le succès d’Internet. Du reste, il est évident que sur cette trilogie je n’ai pas fait que simplement doubler le héros. J’ai rempilé parce que l’univers me plaisait. Le personnage de Dracula me parle évidemment.

Robert Carlyle, acteur à multiples faces

PN : A ce propos, comment se sont passées les séances de doublage ?

RC : Je vais vous faire une petite confidence inédite : en réalité, je pense avoir découvert quelques aptitudes d’imitateur. Ça m’a beaucoup amusé, car j’ai remarqué des choses sur moi que je ne soupçonnais pas. Je n’avais jamais doublé de personnage avec une voix grave comme cela. Ma voix, je la pensais plutôt haute. Comme quoi. Sinon pour revenir à votre question, j’ai donc appris sur moi-même avec ce travail de doubleur. Cela m’a conduit à faire une introspection. Ce n’est pas comme si on joue un personnage devant des spectateurs. Ici, on est seul face à soi-même. On n’incarne pas, on est. Je ne sais pas comment vous expliquer mon ressenti par des mots simples. À force de tomber dans les turpitudes de Dracula, de parler de lui. il semble qu’on finit de parler de soi. Je n’étais pas en joie à la fin des séances de prises de son. On ne récolte pas les applaudissements courtois du public. Là on rentre chez soi, on a craché son morceau. Ça reste un travail très honorant et agréable, attention. Mais c’est décontenançant le doublage. On travaille sans filet psychologique. Il n’y a pas l’espèce de cage de Faraday agissant comme une protection mentale, que représente la scène… À moins que ce soit moi qui sois spécial. ou Dracula. Ou les deux !

« Parler d’un surhomme, c’est évoquer notre part intime »

PN : Comment rebondir après une telle réponse. On va dire, donc, que vous êtes beaucoup dans le symbolique ou la superstition. Vous croyez au surnaturel ?

RC : Nous sommes tous des êtres surnaturels ! Comment expliquez-vous que la poussière peut engendrer la vie ? La philosophie, ça vient de la terre. Nous avons en nous les mêmes molécules que le terreau qui nourrit mes plantes vertes. Comment ne pas croire au surnaturel?? C’est la base même de l’existence et un exemple d’humilité. Plus nous mettons en avant les ouvres artistiques fantastiques, plus nous parlons de nous-mêmes. Dracula, être irrationnel par excellence, est peut-être mille fois plus proche de nous de par ses sentiments de craintes et espoirs que pourrait nous le suggérer un livre entier sur la psychanalyse. Parler d’un surhomme, c’est en définitive évoquer la part la plus intime de nous-mêmes.

PN : Vous prenez le temps de vous reposer parfois, entre toutes ces questions existentielles??

RB : Qui vous dit que je ne joue pas un jeu d’acteur là ? Peut-être suis-je totalement terre à terre (traduction d’une expression anglophone similaire). Quoique ça reviendrait au même de ce que je vous ai dit ! Je ne me prends pas la tête vous savez. Je vis en m’attelant à donner le meilleur de moi dans mon métier. Je ne sais rien faire d’autre que jouer un personnage. C’est à la fois réjouissant et triste. Ce personnage est Robert Carlyle. Il ne peut pas échapper à lui-même, et ce même en jouant la comédie où l’on ne fait que se rajouter un filtre, une surcouche. Vous voyez, finalement on peut être tous comédiens avec du travail. et surtout j’en reviens à ce que j’ai dit plus haut, le théâtre n’en est finalement jamais tant que cela. et les personnes qui en font ont un besoin vital de parler de leur vrai soi.?!

«?Un mortel ne peut trouver le ton totalement juste pour jouer un immortel.?»

PN : C’est décidément très difficile de passer aux autres questions avec vous. On pourrait développer tous ces sujets. Pour en revenir à Dracula, il semblerait que ce personnage vous ait vraiment marqué. À moins que vous ayez eu des choses à exprimer de plus personnelles.

RC : J’ai ressenti un sentiment très particulier, ambivalent pour être précis, quand j’ai fait ce job. Il a fallu que j’incarne un immortel, que je transpire immortel. alors que je suis angoissé comme la majorité des mortels par la mort. De fait, je ne sais pas si le ton était vraiment juste. A mon sens, le doublage a manqué de précision. Un mortel ne peut pas s’exprimer comme un immortel. Pour aller plus loin, je pense que l’itération de Dracula créée par la team de LOS Mercury n’est pas si exacte non plus. Mais bon, on reste dans le divertissement. Je ne suis même pas certain que le but est de faire si réfléchir. C’est peut-être pas plus mal.

PN : On sent un brin de frustration quand vous dites cela.

RC : J’aime aller au fond des choses. C’est ainsi que je me suis permis de rajouter des phrases dans le texte que l’on m’a donné pour le doublage. Ça c’est mon travail de comédien. Dracula devait être le plus crédible possible, pour que l’illusion de l’illusion prenne. Double illusion, puisque, comme je vous l’ai, dit il ne faut pas se faire d’illusion quand on est pas le personnage qu’on incarne (sourire). C’est ainsi que je considère que l’incarnation de son propre rôle, dans un film ou une série, est le summum de notre art. On peut voir cette mise en abyme dans le film Last action Hero notamment, où Arnold Schwarzenegger joue lui-même. C’est sans doute pour moi la meilleure interprétation de toute sa carrière.

PN : Qui aime bien châtie bien ?

RC : Vous avez tout compris !

Robert Carlyle et Cora : un sacré couple dans Once Upon a time
Une scène désormais culte de Once upon a Time, où le ténébreux et Cora tombent amoureux. Le Ténébreux est très proche de Dracula… mais en apparence seulement !

PN : Vous incarnez en ce moment le rôle du Ténébreux, dans la série à succès Once Upon a Time, qui réunit tous les personnages de contes dans une épopée à la fois moderne et novatrice. Après un visionnage appuyé, il apparait que votre protagoniste ressemble à s’y méprendre à Dracula. D’une part il a des pouvoirs magiques surpuissants. et ensuite il y a quelques plans de caméra qui sont affolants de ressemblance avec des scènes de Castlevania. Je prends pour exemple la contre-plongée dans la cellule où le Ténébreux s’adresse à Belle. Le ton blafard, le regard mélancolique, la veste rouge sang. C’est Gabriel Belmont en fait le personnage ! Ou alors il s’agit d’un très gros, trop gros clin d’oil.

RC : Bonne question. Si je réponds parfois à vos questions à venir à l’avance, vous vous répondez aux miennes avant même d’attendre ma réponse?! (rire plus appuyé). Il y a bien un petit clin d’oil en effet. Merci d’avoir regardé avec attention. Il faut dire que la thématique de Once est très proche de LOS2 en particulier, du fait de l’incursion dans le monde moderne réel d’êtres surnaturels. Le Ténébreux, et c’est un hasard, partage beaucoup d’éléments avec le Seigneur vampire. Un passé lourd, une mélancolie constante, l’immortalité et des pouvoirs presque sans limite qui flattent l’égo autant qu’ils peuvent dangereusement mener à la folie. Je rêvais d’incarner un personnage de conte surnaturel dans une série. C’est chose faite, mais je ne pensais pas cependant que les deux êtres seraient aussi proches. En ce sens, c’est un pur hasard. Cependant, je ne mêle pas le sang vampire à celui du magicien sombre. Ils ne sont pas jumeaux et le travail demandé dans la série n’a pas de lien dans le fond avec Castlevania. Le Ténébreux est plus malin, joueur, cocasse aussi. Il cache sa peine d’une autre façon que Dracula, plus encré dans la torpeur et les pierres de son château. Il est plus casanier alors que le ténébreux est aventureux. Le Ténébreux est davantage inventé pour divertir les spectateurs que pour angoisser comme Gabriel Belmont. Je ne le joue donc pas de la même façon. Ainsi, ma voix est plus aiguë dans Once Upon a Time. Chose que je n’ai pas fait une seule fois en trois jeux dans Castlevania !

La magie a toujours un prix !

PN : Le temps passe vite et nous arrivons à la fin de l’interview. Que peut-on vous souhaiter aujourd’hui ? De revenir dans le théâtre plus intime comme à vos débuts. ou le cinéma plus ambitieux ?

RC : Je fonctionne aux coups de cour vous savez. Le plus important, c’est cette étincelle qui intervient quand vous lisez un scénario qui vous plait. Les séries permettent de développer un acting sur la longueur, c’est très intéressant. Je pense m’orienter plutôt vers une nouvelle série un jour, avec un thème peut-être différent. Je suis en train d’écrire une pièce aussi. Le métier de comédien est un métier qui est très fort mais il est aussi difficile. La reconnaissance se gagne avec les années. Il n’y a pas de magie cette fois concernant cela. C’est comme tout de toute façon. Quoique finalement.

PN : Merci beaucoup Mr Robert Carlyle pour cet échange singulier avec vous. Nous vous souhaitons bonne route !

RC : Merci à vous de vous être intéressés à mon travail. Je vous souhaite une bonne continuation et mes sincères salutations aux lecteurs de Puissance Nintendo. A bientôt !

Un grand merci à Sandy, Audrey du MIPTV, Michael le traducteur, Xav. et bien sûr Robert Carlyle pour sa gentillesse et sa disponibilité. Rien n’aurait été possible sans les uns et les autres.